La 4G n'a pas permis aux opérateurs de gagner de l'argent

Marché des télécoms - Article - Lundi, 18 Août - 12:15

4G, très haut débit, SFR, Orange, Bouygues, opérateurs historiques

Les retombées de la 4G

Ce devait être la poule aux œufs d’or pour les opérateurs historiques. La commercialisation de la 4G devait leur permettre de renouer avec les bénéfices. Autant dire que le très haut débit était attendu comme une petite révolution qui aurait dû permettre à SFR, Orange et Bouygues de se refaire une santé après l’arrivée de Free Mobile qui a plombé leur dynamisme.

 

Les espoirs suscités par la 4G

 

Le très haut débit devait permettre aux opérateurs historiques (SFR, Orange, Bouygues Télécom) de redresser la tête après l’arrivée de Free Mobile qui a complètement bouleversé le secteur des télécoms. L’opérateur low cost a été la source de tous les maux pour ses concurrents qui ont perdu de nombreux clients et ont dû revoir à la baisse le tarif de leurs forfaits. Ces deux éléments expliquent pourquoi les opérateurs historiques ont été secoués par Free Mobile. Après une année particulièrement noire pour eux, l’arrivée de la 4G devait être l’occasion de se refaire une santé.

 

A eux trois, les opérateurs historiques ont dépensé 3,3 milliards d’euros pour acquérir les licences et déployer le très haut débit. La 4G devait relancer le secteur et permettre à SFR, Orange et Bouygues de voir leurs anciens clients revenir vers eux pour profiter d’une connexion internet très performante. Avec leurs nouveaux forfaits 4G, les trois opérateurs ont attiré 1,4 million de nouveaux abonnés chacun. Un chiffre qui ne permet à ces trois protagonistes de gagner de l’argent.

 

Financièrement la 4G n’a rien rapporté aux opérateurs

 

Si l’investissement a été massif de la part des opérateurs, ces derniers n’ont d’ailleurs pas lésiné sur les moyens commerciaux en lançant de grandes campagnes publicitaires. Il faut bien avouer que le retour sur investissement n’a pas été à la hauteur des espérances. En effet, les opérateurs n’ont pas réussi à répercuter ces coûts sur les tarifs de leurs abonnements. Que ce soit SFR, Orange ou Bouygues, les opérateurs historiques ne sont pas parvenus à gagner de l’argent avec la 4G. D’ailleurs, Orange affiche un recul de 10% de son revenu par abonné au premier trimestre.

 

La situation n’est pas meilleur pour Bouygues qui espérait que le très haut débit lui permettrait de regagner des parts de marché perdues à cause de l’arrivée de Free ainsi que d’enregistrer des bénéfices importants. Or, les espoirs de l’opérateur sont tombés à l’eau, il a même perdu des clients depuis le lancement de la 4G.

4G, très haut débit, SFR, Orange, Bouygues, opérateurs historiques
Les solutions de communication du mag ETE
Vous souhaitez être visible sur cette emplacement
Ipad
Cube Média
Devenez annonceur sur le MAG FPP Contactez Visibility Internet 09 70 38 08 23
Suivez l'actualité ETE
Abonnez vous à ETE
Rejoignez ETE sur Twitter
Abonnez-vous à ETE sur Google+